Gojo - Approche de la non dualité, ces 21 derniers jours

Chroniques d’un ermitage en Lubéron



lundi 23 mai 2022

  • N'est-ce pas merveilleux ?

     

    Parfois surgit en nous l'idée, l'intention, de participer à une retraite spirituelle.

    Dans le contexte de notre enseignement, nous savons que cela inclura un certain nombre de moments formels, consacrés par exemple à la méditation, à l'investigation, à des dialogues, à l'approche corporelle...

    Nous savons aussi qu'il nous faudra rencontrer, parfois cohabiter, avec d'autres participants, que nous serons peut-être bousculés quand à certaines de nos habitudes, la nourriture, l'hébergement, que nous devrons peut-être voyager pour nous rendre à la retraite, que cela coûtera de l'argent...

    Parfois toutes ces choses nous enchantent, parfois, nous les voyons comme des inconvénients, pouvant même aller jusqu'à nous décourager.

    " Ahh comme il serait plus confortable d'assister à une retraite par zoom, confortablement calé dans notre canapé, devant un écran."

    Quelle tristesse !

    Une chose est sûre, et vous êtes invités à l'expérimenter, dès que se décide en nous le choix de participer à une retraite, c'est déjà la retraite, c'est déjà la Voie.

    Tout, absolument tout, participe de Cela.

    Ce qui se passera avant, nos attentes, nos espoirs, nos doutes, les péripéties liées à l'organisation, arrangements professionnels, familiaux, voyages...

    Et sur place, les rencontres, les relations avec tout, les autres participants, le lieu, la nourriture, les conditions de vie, et enfin notre retour à la maison, et la période qui suivra.

    Observez bien tout cela, et vous découvrirez qu'en chacun de ces moments, de ces aspects, existe l'opportunité de découvrir, d'expérimenter, d'approfondir la Voie.

    De tout cela, naîtra une maturation, une clarté, une sagesse profonde, incluant par la suite tous les aspects de notre vie.

    N'est-ce pas merveilleux ?

     

    A noter :

    Retraite de printemps du 26 au 29 mai

    Retraite d'été du 24 au 28 août (ouverture des inscriptions a partir du 1er juin) 


lundi 16 mai 2022

  • En elle était la beauté.

     

    La grande bâtisse, d'un blanc immaculé, se dressait, orgueilleux témoignage d'un siècle révolu. Ses toits d'ardoise scintillaient sur le ciel bleu, parfaitement pur. Sur les terrasses, on distinguait des gens bien mis, qui déjeunaient sous la protection de grands parasols couleur crème.

    Le parc était magnifique, les pelouses vert tendre, parfaitement  tondues, des parterres de fleurs chatoyantes et multicolores et des arbres remarquables, grands sequoias dressés vers le ciel, micocouliers géants, platanes centenaires, peuplés d'oiseaux.

    Au bout le lac, vaste étendue, lisse et calme ce matin.

    Quelques oiseaux aquatiques allaient et venaient, plus loin, un petit bateau traçait mollement son sillage.

    On pouvait respirer l'odeur de l'eau.

    Tout autour, se dressaient les montagnes, certaines encore enneigées.

    Si dans la clarté alerte d'un esprit paisible, libre de ses sempiternelles ratiocinations, on pouvait simplement rester ouvert, intensément éveillé, point n'était besoin de faire ni de rajouter quoi que ce soit.

    La méditation était là. En elle était la beauté.