Sur le Web, ces 21 derniers jours

vendredi 12 novembre 2021

  • Michel Fromaget sur le sens de la vie

     

    Michel Fromaget répond ici aux questions de David sur Dieu et le sens de la vie.

    Michel est l'auteur de plusieurs livres sur l'anthropologie ternaire dont celui-ci chez Almora.

    9782351183434

     

     


mercredi 10 novembre 2021

  • Atelier avec José et Lorène Le Roy

    Jose et Lorène Le Roy animeront un atelier en ligne

     

    jojo et lolo

    S'éveiller à la présence et l'incarner dans le quotidien

     

    Dimanche 28 novembre 2021

    de 10h à 12h30 et de 14h à 17h

     

    José et Lorène Le Roy vous proposent un atelier pour nous éveiller à ce que nous sommes vraiment, à notre état naturel.

    En s'appuyant sur les expériences de Douglas Harding et sur sa connaissance des voies traditionnelles, José et Lorène vous montreront comment découvrir notre vraie identité - la Présence - et comment la vivre dans le quotidien.

    Simple, directe, puissante, cette voie d'éveil est une manière moderne de présenter les vérités des spiritualités d'Orient et d'Occident.

    L'atelier est en ligne et se tiendra sur la plateforme ZOOM.

    Après votre inscription vous recevrez un lien pour la réunion et un mot de passe.

     

    José Le Roy est agrégé de philosophie, écrivain, conférencier et a publié plus de 10 livres sur la spiritualité dont "Méditer toujours, partout, sans effort", chez en 2021, "Retour à soi, retour au Soi",  en 2020 et "L'éveil spirituel"  en 2018.

    Lorène Le Roy est professeur des écoles; elle a bien connu Douglas Harding et elle est également certifié pour accompagner des groupes dans des exercices de pleine conscience (Université de Louvain-La-Neuve)

    Inscription :

    https://www.weezevent.com/s-eveiller-a-sa-vraie-nature

     


  • LES TROIS MIRACLES QUI SONT EN MOI

    Remembering Nisargadatta Maharaj - David Godman

     

    LES TROIS MIRACLES QUI SONT EN MOI


    "Je ne m'occupe d'aucun miracle en dehors des trois qui sont en moi.


    Le premier est que j'ai la faculté de voir le monde ;


    Le second est que le monde est contenu dans cette minuscule tache de conscience que je suis ;


    Le troisième est l'apparition de l'être à partir du non-être."


    - Nisargadatta Maharaj


mardi 9 novembre 2021

  • Krishnamurti et la méditation.

     

    Avez vous fait cette expérience ?

    Vous êtes assis paisiblement devant un paysage, l'esprit vacant, sans recherche ni besoin. Ou au fond d'un bistrot, observant le va et vient des clients, le brouhaha des conversations. Ou vous marchez dans une forêt, le long d'un torrent, attentif au bruissement de l'eau, aux odeurs d'humus et de champignons, aux jeux d'ombre et de lumière dans le sous bois.

    Et tout à coup, la Présence est là, qui se révèle, enveloppant toutes choses.

    Et cette Présence est la méditation.

    Sans doute, Krishnamurti est-il celui, qui a le plus insisté sur ce surgissement de la méditation, libre du moi et de toute intention. Dénonçant et stigmatisant la méditation ou l'on s'enferme dans quelques lieux à part, à laquelle on réserve un créneau horaire, et ou le moi s'efforce à telle ou telle pratique.

    Certains ont pu trouver ces critiques de K quelque peu exagérées. Mais considérer leur fondement, dans l'éclairage du surgissement spontané de la méditation, parait pourtant essentiel.


lundi 8 novembre 2021

  • être vide comme l’espace

    Minya Konka (Mount Gongga) | Tibetpedia

     

     

    "De même que l’éclat du soleil illumine le ciel clair de l’automne,

    la vacuité lumineuse, l’authentique nature de l’esprit me fut dévoilée.

    En ce mode d’être vide comme l’espace,

    où centre et pourtour sont abolis,

    tous les phénomènes, formes et sons, sont présents dans leur spontanéité première,

    aussi éclatants que le soleil et la lune, les planètes et les étoiles.

     

    L’esprit et les phénomènes se mêlent indissociablement en une saveur unique.

    Ami ou ennemi, or ou pierre, cette vie ou la prochaine, l’esprit et le ciel :

    toutes différences sont maintenant annihilées.

    À l’issue de cette expérience,

    je me sentais prêt à prendre place

    parmi les « yogis dont l’esprit est semblable au ciel ».

     

    Shabkar, maitre tibétain du 18eme siècle

    traduit par Matthieu Ricard, Carnet d'un moine errant.


  • Comme un cuirassé ennemi

     

    Salut José, 

     

    J'ai écouté avec grande attention et une réelle délectation l'entretien de Stephen Jourdain par Gilles Farcet (ton message du 6 novembre sur ton blog intitulé " le miracle de l'éveil "). Un passage de cet interview m'a tout particulièrement touché et pour cette raison je l'ai retranscrit. Tu trouveras ci-dessous cet extrait (après le passage de piano / de 20:40 à 28:46 )

    P.

    Merci P.

    JLr

     

     

    Gilles Farcet 

    Essayons de prendre un exemple dit concret. Je me réveille un matin et je me sens vaguement déprimé, j'ai des pensées tristes, de dépression, je me dis que rien ne va jamais marcher. Cet état déprimé m'apparaît comme quelque chose de solide, de tangible. Comment à ce moment-là je me situe, comment je peux me servir de ce que tu as dit tout à l'heure ?

     

    Stephen Jourdain  

    C’est vrai que nos états d’âme et plus généralement tout ce que nous vivons ou croyons vivre intérieurement, que ce soit faste ou néfaste mais c’est surtout vrai quand c’est néfaste ce qui est généralement le cas, ces états d’âme ont cette caractéristique de se présenter à nous même comme ayant une réalité propre qui peut être opposée à la nôtre. En d’autres termes je suis malheureux ou je m’ennuie ou je me fais du mauvais sang ou j’ai l’esprit en ébullition et je m’incline devant cette manière d’être intérieure comme si c’était un fait, un fait objectif alors qu’il n’y a là pas trace d’objectivité. Tout ce avec quoi, ce prétendu fait avec lequel je négocie, est en réalité un peu de ma propre substance que j’ai coagulée et que j’ai mise devant moi. Mais si l’on est tant soit peu perspicace et attentif en même temps, on ne manquera pas de découvrir que, en réalité, tout ce que j’ai planté là devant moi n’est qu’un peu de ma propre présence qui est en train de moutonner et rien d’autre et donc je suis entièrement seul en moi-même croyant négocier avec quelque chose d’aussi aimable qu’un cuirassé ennemi ou qu’un tir de mortier.  C’est bien comme ça qu’on se vit ! Comme un cuirassé ennemi, nos états d’âme nous les vivons ainsi comme un cuirassé ennemi ou comme un tir de mortier. A bien regarder ce cuirassé ennemi ou ce tir de mortier, à bien regarder l’ennemi, on s’aperçoit que cet ennemi est entièrement réductible à nous même et donc il n’y a jamais eu d’ennemi. C’est un songe, c’est tel le rêve.